Le lézard des murailles

seezat-13.jpgLézard des murailles (Podarci-Muralis)

 

Lézard de forme élancée, espèce extrêmement polymorphe, avec une variabilité extraordinaire de l'écaillure, une coloration très variable, brun, gris ou même verdâtre. La face ventrale est claire, jaune, bleu ou rougeâtre. La gorge est mouchetée de noir.

Le mâle mesure 20 cm, exceptionnellement 25 cm, la femelle 18 cm. On ne peut pas déterminer son sexe tant qu'il n'a pas atteint la maturité.

On le trouve dans toute l'Europe du Sud, en France il est présent jusqu'en Alsace, en Bretagne et la région Nord-Pas-de-Calais.

Il habite les vieux murs, les tas de pierres, les rochers, les carrières, les terrils et apprécie spécialement les rails ou les quais de gares peu fréquentés. Ce lézard est beaucoup plus urbain que les autres espèces.

On peut observer ce lézard toute l'année dans le sud.

Il se nourrit d'insectes (mouches, chenilles et papillons, orthoptères), d'araignées, de vers de terre, de criquets, de grillons, de teignes et de pucerons.

Il est principalement la proie des oiseaux et des hérissons, et parfois des chats près des zones habitées.

L'accouplement a lieu au printemps, suivi de la ponte qui, selon les régions, intervient entre avril et juin. La durée de l'incubation est de quatre à onze semaines.

La queue de ce lézard casse facilement (autotomie), lui permettant ainsi d'échapper à des prédateurs. En effet, l'extrémité « perdue » continue à s'agiter ce qui constitue un leurre vis-à-vis de l'attaquant. Une queue de remplacement repousse progressivement mais elle est dépourvue d'écailles, et elle est uniformément gris sombre. Parfois elle peut repousser double.

À noter qu'il n'y a pas si longtemps (début du siècle dernier) les queues de lézard étaient supposées porter bonheur.

Cette espèce est protégée en France comme la plupart de la faune sauvage.

Il est appelé "rapiète" dans le Sud-ouest de la France.

(source wikipédia)