Aurore ou Piéride du cresson

 

Aurore ou Péride du cresson (Anthocharis-Cordamines)

 

 

L’Aurore est présente dans toute la France métropolitaine depuis le paléolithique.

Ce papillon blanc présente un dimorphisme sexuel très marqué : l'apex des ailes antérieures du mâle est orange bordé d'une petite bande noire alors que la femelle est blanche avec cette même bande à l'apex. Le revers des ailes postérieures est marqué de vert.

La chenille est de couleur bleu-vert ou gris-vert sur le dos passant au blanc sur les coté alors que la région ventrale est vert foncé.

Les œufs sont pondus isolément sur les boutons floraux en mai/juin d'abord blancs deviennent jaune puis orangé; ils éclosent au bout d'environ une semaine selon le climat. Les chenilles d'abord orangées puis vert grisâtre s'observent en juin et juillet. Elles s'attaquent aux siliques dont elles sont par ailleurs mimétiques. La nymphose se réalise en juillet. On trouve les chrysalides vertes ou brunes sur diverses branches ou tiges mais très rarement sur la plante nourricière. Selon les régions, l'imago s'observe de fin mars à juillet. L’accouplement des imagos dure une vingtaine de minutes la femelle étant le plus souvent suspendue sous le mâle.

Les adultes sont visibles de mars à juillet (parfois plus tard en montagne), en une seule génération annuelle.

Elle hiverne dans sa chrysalide, au stade nymphal.

Les plantes-hôtes de la chenille sont des crucifères comme les Cardamines (Cardamine des prés (Cardamine pratensis)) ou Cardamine hirsute (Cardamine hirsuta) ainsi que l'Alliaire officinale (Alliaria petiolata), le Sisymbre officinal (Sisymbrium officinale), la Moutarde sauvage (Sinapis arvensis), la Lunaire annuelle (Lunaria annua), la Barbarée commune (Barbarea vulgaris) et diverses plantes voisines

L'Aurore se retrouve sur tous les milieux fleuris, prairies, lisières de bois, talus herbeux, bernes des routes jusqu'à 1 800 mètres d'altitude.

 

(source wikipédia)

×