Lépiote élevée ou coulemelle

champignon182.jpgLépiote élevée ou coulemelle (Macrolepiota procera)

 

Macrolepiota procera, de ses noms vernaculaires les plus commun, la lépiote élevée, ou la coulemelle ou le nez de chat est un champignon basidiomycète comestible du genre Macrolepiota de la famille des agaricacées.

Le nom coulemelle vient de columelle, "petite colonne". L'espèce est désignée par plusieurs autres noms vernaculaires selon les régions et les pays : Saint-Michel, Nez de chat et bien sûr Parasol. En Limousin et nord Périgord, elle est appelée Filleul ou "nouno". En Poitou, on appelle bonhomme les coulemelles (la coulemelle se dit aussi "poturelle" dans le Poitou-Charentes) dont le chapeau n'est pas encore ouvert. Ce surnom serait apparu à cause d'une légère différence de goût entre une lépiote ouverte et une fermée, la lépiote fermée étant davantage préférée pour son goût, cela lui permit d'acquérir son propre surnom). Les lépiotes ont bien d'autres surnoms, la taille et la couleur contrasté (par rapport au vert d'une prairie, au orange d'un tapis de feuilles mortes, ...) faisant de ce champignon un des plus visibles, reconnaissables et identifiables, on peut trouver à peu près autant de surnoms à cette espèce que de dialectes régionaux.

L'Hyménophore, de 10 à 30 cm, est ovoïde puis convexe et enfin largement étalé en parasol, surmonté d'un mamelon. Cuticule sèche, gris-roux, couverte d'écailles brunes, plus denses vers le centre. Lames blanches, serrées, molles. Sporée blanche.champignon267.jpg

Le stipe de 15 à 40 cm, élancé, creux, bulbeux à la base, brun tigré et de plus en plus écaillé en allant vers la base. Anneau double, blanchâtre et coulissant.

La chair blanche, molle. Odeur et saveur fruitées agréables.

Assez commune, la lépiote élevée vient, parfois en grandes troupes, dans les sous-bois dégagés ou les clairières, plutôt sur terrains siliceux. Généralement précoce (juillet à octobre), on la trouve jusqu'à Noël dans les régions méditerranéennes. Saprophyte.

La coulemelle est un comestible recherché. Le pied coriace, surtout chez les exemplaires adultes, sera émincé pour une sauce ou une soupe, ou bien éliminé. Le chapeau, découpé ou gardé entier, se prête à de multiples recettes.

Avec sa haute taille (c'est le plus grand champignon des régions tempérées) et son port élancé, Macrolepiota procera ne prête guère à confusion. Elle est toutefois le chef de file de plusieurs variétés et d'espèces proches telles que Macrolepiota gracilenta, Macrolepiota excoriata, Macrolepiota Konradii, toutes comestibles. On peut aussi la confondre avec Chlorophyllum rhacodes généralement plus petit. Elle ressemble aussi à la lépiote brune, mortelle, mais cette champignon-19.jpgdernière est plus petite comme d'autres champignons de la même famille également délétère. C'est pourquoi il est conseillé de se méfier des champignons ressemblant de petite taille. Par temps sec, la coulemelle peut voir son développement atrophié et ne pas atteindre ses dimensions habituelles. On peut alors plus facilement la confondre avec les petites lépiotes (genre Lepiota et non Macrolepiota) parfois vénéneuses, voire mortelles.

Une lépiote élevée doit être élevée (plus de 15 cm), même jeune.

 

(source wikipédia)

 

 

 

dscf7994.jpg